Bocaux et militantisme

Un bocal vide, objet de verre, joint en caoutchouc, fermeture de fer.
Un bocal plein, contenant tout un repas, qu’il faut partager avec des gens qui le méritent. Simple, et pourtant …


Je vous explique pourquoi :
Un bocal stérilisé c’est le fruit d’un travail assidu. C’est l’association d’ingrédients sélectionnés un à un avec soin et réflexion et assemblés avec amour.

Le légume a demandé une certaine attention, d’autant plus que c’est nous qui le produisons. La viande a demandé un grand travail de transformation, puisqu’elle vient de notre paysan local.

Le plat enfin cuisiné, mijoté, puis stérilisé, là même où une alchimie a opéré, a demandé du temps de réflexion et de préparation pour arriver au résultat contenu dans un simple bocal.


Du temps, du soin et de l’attention.
C’est un peu la définition du mot amour.
Et l’amour c’est ce qui rend beau la vie. Et la nourriture c’est la vie, ainsi que l’air, l’eau et le soleil, et le sommeil.
Derrière ce bocal plein d’amour, de vie et de travail, il y a une démarche très militante.

Alors je dis OUI, militer, c’est cuisiner et bocauter à vos côtés, chers camarades !


Et là, JE m’explique : Le nerf de la guerre, la source de notre problème, la tête de l’ennemi, qu’est-ce que c’est ?
Avec quoi nous tiennent-ils ?
L’argent évidemment.
On alimente les fils de pute de tout en haut en dépensant de l’argent.
Et dépenser c’est aussi arrêter de penser ! DéPENSER…
On fait tourner des industries dirigées par nos ennemis en consommant, (encore une fois tout est dans le mot) et ils le savent.
Ils rient de nous. On peut gueuler autant qu’on veut, ils s’en foutent tant qu’on les finance !


Ne pas payer, ne pas consommer, ne pas alimenter les EDF, assureurs, banquiers, actionnaires des grandes surfaces, etc…. Et la liste est très longue je ne vais pas les énumérer ici, ne pas les utiliser, c’est commencer à les faire mourir.

Nous devons accepter de changer certains aspects de nos vies et de nos habitudes, comme diraient les néo-écolos, mais pour commencer à étouffer nos « dirigeants ».

Dépenser de l’argent et consommer ça enrichi les gens qui se sont positionnés aux manettes, et ils ont besoin de tout l’argent du monde pour nous asservir.

En gagnant en autonomie, on les tue, on les étouffe doucement, on œuvre à leur mort, et nous, on revit, pour nous, et libre.



Alors un bocal de bouffe, pour vulgariser la chose, c’est juste fait sur un rocket-stove lui-même fait de récup’, c’est juste prendre l’habitude de réparer les choses cassées ou d’acheter d’occasion, c’est juste des graines qui produiront nos légumes, c’est juste du fumier brassé à la terre, c’est juste acheter local et en vrac pour ne plus utiliser d’emballage, c’est juste des réunions, juste des idées, juste des échanges, juste de la sueur, juste des valeurs, juste des échanges, juste de l’entraide.

Tout ça finalement, ce n’est pas grand-chose.

C’est juste la vie.

Gwendoline d’outre-manche

Gwendoline en pleine action !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :